Sommaire

Forcer des légumes au potager

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

 

Forcer des légumes au potager consiste à avancer leur culture d’un à deux mois par rapport au calendrier, dans le but d’obtenir des légumes primeurs, tôt en saison. Il existe pour cela des techniques spécifiques, détaillées dans cette fiche pratique, n’exigeant qu'un matériel peu onéreux.

Zoom sur le forçage des légumes

Culture hâtive ou forcée de printemps

La culture hâtive ou forcée commence par des semis en pleine terre mais sous abri dès février-mars, lorsqu'il fait encore froid dehors mais que les plus fortes gelées sont passées.

Pour cela, on utilise des techniques visant à piéger la chaleur du soleil, à réchauffer la terre et à protéger les semis et les futurs légumes du froid : côtière, cloche, châssis, tunnel ou voile de forçage.

Culture forcée d'automne

On parle parfois également de culture forcée à l'automne, lorsqu'on ne cherche plus à devancer la saison de culture, mais au contraire à la prolonger afin de récolter des légumes le plus tard possible. Le principe reste le même, les mêmes protections contre le froid sont utilisées.

Quels légumes peuvent être forcés ?

Tous les légumes du potager ne peuvent pas être forcés, loin de là. En règle générale, il est nécessaire d'utiliser des graines à forcer ou hâtives, sélectionnées pour leur aptitude à tolérer une certaine fraîcheur. L'une des mentions suivantes est indiquée sur le paquet de graines : « semis sous abris », « primeurs » ou « culture hâtive ».

Par ailleurs, les cultures forcées de printemps sont surtout intéressantes pour des légumes à cycle court, qui pourront arriver dans votre assiette tôt en saison.

Concrètement, les légumes qui se prêtent à une culture hâtive sont plus particulièrement :

  • les radis (semez de préférence le radis de 18 jours) ;
  • la laitue ;
  • les petits pois (semez de préférence le pois à grain rond plutôt que celui à grain ridés) ;
  • les carottes ;
  • les brocolis ;
  • les choux nains ;
  • les navets.

En dehors de la serre utilisée en agriculture ou par des jardiniers chevronnés, il existe plusieurs techniques beaucoup moins onéreuses pour forcer des légumes au potager.

Méthode 1 : Forcez sur côtière

On appelle côtière (ou parfois ado) une bande de terre inclinée et située au bas d'un mur exposé au sud. La terre capte au mieux le moindre rayon de soleil et la chaleur est entretenue la nuit par la proximité du mur.

  • Travaillez finement la terre en lui donnant une petite pente à partir du mur.
  • Faites vos semis en pleine terre selon la technique habituelle.
  • Éventuellement, combinez la technique de la côtière et celle du voile de forçage (décrite plus loin dans cette fiche).

Méthode 2 : Forcez sous cloche

La cloche est un système facile à installer et qui se déplace à volonté. Elle sert aussi bien au printemps qu'en automne.

  • Optez pour la cloche si vous n'avez qu'une faible quantité de semis à forcer.
  • Achetez des cloches du commerce : cloches traditionnelles en verre ou cloches modernes en plastique, moins chères.
  • Ou fabriquez des cloches de fortune en coupant le haut de bonbonnes d'eau minérale de 5 litres, si vous en utilisez.
  • Couvrez vos semis à l'aide d'une rangée de cloches.

Méthode 3 : Forcez sous châssis

Le châssis est un coffrage vitré qui piège la chaleur durant les heures de soleil et la préserve le reste du temps. Il est aussi utile pour des semis hâtifs de printemps que pour prolonger les cultures en automne.

  • Achetez un châssis à vitre de polycarbonate dans le commerce ou fabriquez vous-même un châssis.
  • Semez selon la technique usuelle.
  • Chaque jour, si le temps le permet, relevez un moment la vitre pour aérer le châssis.
  • Si les nuits sont vraiment froides, prévoyez une protection nocturne : une vieille couverture ou une chute de moquette posée chaque soir sur le châssis est parfaite.
Consulter la fiche pratique Ooreka

Méthode 4 : Forcez sous tunnel

Pour des cultures en ligne relativement importantes et qui ont besoin de place pour se développer en hauteur, le tunnel de forçage est bien adapté. Il fonctionne comme une mini-serre, utile aussi bien en fin d'hiver/printemps qu'en arrière-saison.

  • Utilisez l'un ou l'autre de ces deux types de tunnels de forçage :
    • Le tunnel accordéon (film plastique tendu sur des arceaux) ; ce type de tunnel donne prise au vent : ancrez-le solidement au sol.
    • Le tunnel rigide avec deux embouts, facile à poser et à déplacer.
  • Semez en ligne en utilisant la technique habituelle.
  • Posez directement le tunnel sur les semis ou les plants en ligne pour les protéger du froid.
  • Aérez dès que le temps le permet, soit en relevant un peu le film plastique (tunnel accordéon), soit en enlevant les embouts (tunnel rigide).

Méthode 5 : Forcez sous voile

À la différence du tunnel, le voile de forçage se pose directement sur le sol. Il n'est pas conçu pour capter la chaleur du soleil, mais pour retenir la chaleur nocturne du sol et protéger des déperditions de calories dues au vent. Perméable à l'eau et à l'air, le voile de forçage empêche en outre les oiseaux de manger les graines.

  • Procurez-vous du voile de forçage en polypropylène non tissé de 17 g/m², encore appelé « P 17 ».
  • Effectuez vos semis de manière habituelle.
  • Posez le voile directement sur les semis.
  • Plaquez le voile au sol avec des briques, des pierres posées ou des griffes tous les 2 mètres environ.
  • Posez le voile en débordant largement par rapport aux bords des semis.
  • Au fur et à mesure que les jeunes plants se développeront, il sera nécessaire de leur donner de la place en hauteur en déplaçant les éléments de fixation du voile de forçage.

Astuces supplémentaires quelle que soit la technique utilisée

  • Implantez votre système de protection (châssis, tunnel...) en plein soleil et à l’abri du vent.
  • Avant de démarrer vos semis, couvrez le sol d'un plastique noir pendant quelques jours afin d'amorcer le réchauffement de la terre.
  • Préparez et ameublissez soigneusement la terre avant le semis ou le repiquage, cela lui permettra entre autres de mieux absorber la chaleur.
  • Épandez à la surface du sol une couche de terreau bien noir qui contribuera à mieux capter le moindre rayon de soleil.
Consulter la fiche pratique Ooreka
Châssis

Châssis

À partir de 50 €

Terreau

Terreau

À partir de 6 € les 50 L

Tunnel accordéon

Tunnel accordéon

À partir de 14 €

Tunnel de forçage rigide

Tunnel de forçage rigide

À partir de 20 €

Voile de forçage

Voile de forçage

Environ 20 € (1,60 × 100 m)

Aussi dans la rubrique :

Mise en culture

Sommaire

Comment réaliser des semis ?

Potager semis

Réussir la plantation

Planter un potager
Voir 2 articles de plus

Divers

Voir 2 articles de plus

Ces pros peuvent vous aider